Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 07 21Article 528943

General News of Tuesday, 21 July 2020

Source: afrikinfo.net

Accord UPC- Rdpc: Bapooh Lipoh se sucre seul


Pandémie Coronavirus au Cameroun : Lisez toute l’actualité ici →

Le secrétaire général de l’une des fractions contestée de l’Union des populations du Cameroun (UPU) proche du parti au pouvoir Robert Bapooh Lipot recueille solitairement les retombées de cette alliance. Nommé PCA de la société de recouvrement des créances du Cameroun tout récemment par le chef de l’État Paul Biya, il semble ne pas être satisfait et veut plus.

Participez au sondage




Tout pour moi et rien pour les autres. C’est l’image que l’on peut coller à l’attitude de l’honorable Bapooh Lipot. Lui qui règne sans partage à l’UPC, et tire tous les profits du pacte avec le régime de Yaoundé. Une situation qui provoque des tensions au seul de la famille politique de l’UPC. Et conduit inéluctablement aux divisions au sein de ce parti historique. Ce n’est donc pas un secret pour personne, l’UPC se meurt à petit feu. Ne cherchez pas la raison. Le plus vieux parti du Cameroun est infesté par des guerres égocentriques de positionnement et de leadership. En effet, Bapooh Lipot est l’un des inconditionnels auteurs de cette tuerie. Ainsi le riche patrimoine de ses héros dont Um Nyobe se trouve bradé, dans l’indifférence déconcertante des camerounais en général et en particulier les militants de ce parti politique. Au point où l’on s’interroge jusqu’ou irait Bapooh Lipot avec son ambition démesurée ?

Un vrai renard de surface

Dans un entêtement de taille, Bapooh Lipot confisque le fauteuil de secrétaire général de l’UPC. Se revendiquant discipline du très regrettée mémoire secrétaire général Frederick Augustin Kodock. Ce qui justifierait sa volonté de recueillir l’héritage politique légué par son maître. Celui de l’accord passé vers les années 1990 entre son parti et le rassemblement démocratique du peuple camerounais. Où il est le seul qui tire les ficelles. Pourtant accompagné par certains de ses camarades, aussi dissidents. Dans ses enjambées verbales pour défendre le régime, il est toujours encerclé par le président de son bureau politique Aladji Baba Garba, Bernard Ouandji, Augustin Ninga Tjaï, l’honorable Évelyne Ngo Nyaga et certains militants d’apparats. Une position de « maquis des temps modernes ». Celle qui viole tous les principes au passage et même des textes. Même par noyer son propre parti. Déshabillé dans le Nyong et Nkelle, son fief. Avec la perte de toute crédibilité, grâce aux manœuvres orchestrées par le secrétaire général Bapooh Lipot. Une chose qui semble ne pas lui gêner. Tant qu’il perçoit la plus value de cette « trahison ».
Gourmandise mise à nue

Il a une fois de plus et non de trop regroupé ces colistiers à l’hôtel des députés de Yaoundé, tout récemment pour manifester son insatisfaction. Après une réunion du comité qui a duré quelques heures, l’honorable Bapooh Lipot s’est prononcé sur certains sujets d’actualités au Cameroun. Le suivi- évaluation de l’accord UPC- Rdpc fut également un arrêt majeur de sa communication. L’homme politique s’est montré plus ambitieux que gourmand. Non pas pour faire profiter à ses camarades mais plutôt pour son seul intérêt. S’appuyant sur le soutien de la candidature de Paul Biya en 2018, il semble solliciter le fauteuil de ministre tel que l’explique sa déclaration : « engager auprès de l’allié, le Rdpc, toutes les actions susceptibles de faire bénéficier davantage à l’UPC les droits issus de cet accord UPC- Rdpc, notamment les postes de directeurs généraux, ministres…etc». Comme pour dire que, « même si l’UPC meurt, moi je dois survivre. »

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter