Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 08 12Article 534178

General News of Wednesday, 12 August 2020

Source: www.camerounweb.com

Abus de pouvoir: Sarah, la femme d'Amougou Belinga a traité Chantal Biya d'illétrée

C'est une affaire qui remonte un peu loin et qui implique la magistrate Sarah Itambi et trois autres femmes. D'après les faits révélés par Patrice Nouma, la magistrate qui se croit toute puissante fait la pluie et le beau temps dans les arcanes de la justice camerounaise avec la complicité du procureur Georges Meka. Elle a fait emprisonner ainsi une de ses connaissances pour atteinte à une magistrate pour une simple affaire de 'kongossa' entre femmes.

Les femmes dans son cercle se plaignant de sa façon d'agir, l'ont menacée de saisir et de la dénoncer à Chantal Biya. La réponse de la femme d'Amougou Belinga a été incroyable. "«Chantal Biya c'est qui? Une illétrée. Elle ne peut rien m'apprendre. Je suis une magistrate et je fais ce que je veux»", a répondu celle qui a été promue au rang de Magistrat hors hiérarchie de 2e grade par Paul Biya le 10 août dernier.


Voici l'intégralité du texte de Patrice Nouma qui décrit l'emprisonnement de la dame en août il y a trois ans de cela
L'une des épouses d'Amougou Belinga jette une camerounaise en prison pour une affaire de Kongossa.

Madame Limunga Sarah Itambi épouse Amougou Belinga, magistrat de 4ème grade et vice-présidente de la Cour d'appel du Centre, ancienne épouse de Monono Ewumbue Churchill, un conseiller technique du cabinet civil de la présidence de la République dont Amougou Belinga était un ami intime, vient de faire arrêter, puis jeter à la prison de Kondengui une camerounaise, Sophie Atangana, pour une affaire de kongossa de femmes. ( ABUS DE POUVOIR AU MENU )

Le fameux feyman Amougou Belinga, protégé du ministre de la justice Laurent Esso, a deux épouses: la première, Elizabeth, et la seconde, Limunga Sarah Itambi ancienne madame Monono.

Sophie Atangana était une copine de madame Sarah Amougou la magistrate. Mais Sophie a eu la malchance que la magistrate Sarah s'est confiée à elle au sujet de ses querelles avec sa coépouse.

Mme Sarah Amougou Belinga a dit à Sophie Atangana qu'elle fait tout pour qu'Amougou Belinga chasse sa première femme Elizabeth, et que leur mari est un coureur de jupons. Sophie est également proche d'Élizabeth et elle a dit à cette dernière que «ta coépouse voit les marabouts pour te chasser du mariage».

Amougou Belinga est mis au courant et organise une réunion de famille chez lui à Mvan avec les trois femmes: Elizabeth, Sarah et Sophie, autres témoins. Sophie Atangana confirme ce que Sarah lui a confié et qu'elle a révélé à Elizabeth. Mais Sarah déclare qu'elle ne reconnaît pas avoir dit cela à Sophie.

L'affaire devient compliquée. Le chef de famille, Amougou Belinga, un illétré qui ne connaît que la feymania, est incapable de calmer les esprits et d'établir la paix entre les trois femmes. Sarah part de là fulminant de rage.

Une fois que la Sarah rentre dans son bureau, Limunga Sarah Itambi épouse Amougou Belinga ancienne épouse Monono endosse sa robe de magistrat, s'arme de la vengeance et porte plainte contre Sophie Atangana. Et comme toujours sous le règne de Laurent Esso, Sophie Atangana est arrêtée le lundi 15 août dernier à 8 heures du matin par les éléments du colonel de gendarmerie Essama avec à leur tête l'enquêteur Bouba. Sans avoir reçu une convocation comme l'exige la loi, Sophie Atangana est enfermée.


Limunga Sarah Itambi, l'une des épouses de Amougou Belinga

Sophie Atangana est une femme d'affaires propriétaire de plusieurs boutiques de prêt-à-porter, dont l'une se situe à Elig-Essono à Yaoundé. Elle s'apprêtait à ouvrir bientôt une boulangerie. Sophie est une célibataire mère d'un enfant de 17 ans avec qui elle vivait seule.

Hier le magistrat Georges Meka a signé un mandat de dépôt transférant Sophie Atangana à la prison de Kondengui, à six mois de prison renouvelable pour outrage à magistrat et injures.

Quand l'affaire était dans la gendarmerie depuis le 15 dernier, les accusations portées contre Sophie étaient injures et diffamation, que la plaignante Sarah Amougou Belinga ne parvenait pas justifier avec des éléments de preuve. Mais une fois que le dossier est transmis au tribunal de Yaoundé, trois autres accusations sont ajoutées afin de condamner plus facilement Sophie, à savoir pratique de sorcellerie, menaces de mort, chantage et outrage à magistrat. Voici donc un cas typique des abus du pouvoir judiciaire que les magistrats commettent régulièrement et impunément sous le règne de Laurent Esso.

Énervée par cette injustice, une camerounaise, Antoinette, a récemment affronté la magistrate, vice-présidente de la cour d'appel du centre, en disant à madame Limunga Sarah Itambi épouse Amougou Belinga ancienne épouse Monono Ewumbue qu'elle, Antoinette, et d'autres femmes vont saisir la première dame Chantal Biya. Sarah Amougou Belinga a répondu à Antoinette : «Chantal Biya c'est qui? Une illétrée. Elle ne peut rien m'apprendre. Je suis une magistrate et je fais ce que je veux».

Sophie Atangana, du fond de la prison de Kondengui depuis ce jour, se lamente surtout pour le sort de son enfant, et craint qu'il soit enlevé l'un de ces jours et finisse comme sacrifice humain quelque part.

A cause de la protection que lui assure le ministre Laurent Esso, Amougou Belinga a fait arrêter arbitrairement les journalistes Patrick Sapack et David Eboutou, qui croupissent depuis 14 mois à la prison de Kondengui pour lui avoir réclamé l'argent qui leur était dû. Tout ceci grâce aux actions de torpillage de leur dossier judiciaire par Madame Limunga Sarah Itambi épouse Amougou Belinga ancienne épouse Monono, promue à la cour d'appel du Centre et soutenue par Laurent Esso.

Le premier magistrat, chef suprême de la magistrature, Paul Biya, doit rapidement mettre fin à la pourriture qu'est devenue notre système judiciaire régi par la corruption et les abus de pouvoir des magistrats comme Madame Limunga Sarah Itambi épouse Amougou Belinga. Nous demandons à Paul Biya d'arranger la maison Cameroun, qui est aujourd'hui devenue une jungle où les plus forts mangent les plus faibles dans l'impunité totale.

Car c'est pour mettre fin à cette situation d'absence de justice et d'impunité affectant négativement et dangereusement le Peuple camerounais et le Cameroun tout entier, que le CCT veut prendre le pouvoir au Cameroun, même si cela doit se faire par la force des FAF.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter