Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 12 15Article 562571

General News of Tuesday, 15 December 2020

Source: www.camerounweb.com

Aéroports du Cameroun : les caisses sont vides

Le journaliste et activiste camerounais Boris Bertolt fait de nouvelles révélations sur la situation financière catastrophique de la société des aéroports du Cameroun. Il épingle le Directeur Général Assoumou Owona qu’il accuse de mauvaise gestion. La société éprouverait actuellement d’énormes difficulté pour payer les salaires du personnel.

« Il y maintenant un an exactement, je dénonçais déjà à hue et à dia les errements managériaux du Directeur Général des ADC, Thomas OWONA ASSOUMOU, sur fonds de despotisme, surfacturation à outrance des marchés, marchés fictifs, gestion scandaleuse en collégialité les membres de sa famille, recrutements hasardeux de la progéniture de ses soutiens pour se maintenir, train de vie dispendieux, absence totale de vision.


Je présageais alors de ce que le successeur de NTONGO ONGUENE allait faire pire que son prédécesseur, et couler définitivement le bateau. Sauf que je n’avais pas prévu le COVID19 qui, est venu prématurément abattre l’arbre qui cachait la foret, dévoilant au grand jour le paroxysme de l'incompétence.


ADC est une entreprise qui ne fait pas d’efforts pour encaisser beaucoup d’argent. Conscient de cette posture quasi rentière, le top management s’endort sur ses lauriers. C'est ainsi qu'à la première difficulté (covid), et alors qu’il fallait pour une fois opérer des choix judicieux, est arrivé le séisme.
Quelques mois plus tard, les carottes sont entrain de cuire. L’une des entreprises publiques les plus liquides se trouve aujourd’hui en proie à des sérieuses tensions de trésorerie au point où, pour la première fois depuis la création de la société, les avancements et rappels y relatifs n’ont, ni été pris en compte, et encore moins payés. Bien plus, depuis plusieurs mois les salaires sont payés avec beaucoup de difficultés, les fonds de tiroirs sont désormais systématiquement raclés en fin de mois pour éviter une grogne sociale.


Nous n’en sommes pas loin d’ailleurs, pour preuve la circulation de certains tracts dans lesquels les employés expriment leurs ras-le-bol.
Pour se dédouaner, le top management botte en touche en pointant le COVID19 qui a fortement impacté le secteur de l’aviation. Si cette hypothèse n’est pas dénuée de sens, elle ne saurait à elle seule justifier la catastrophe en gestation, car ne dit-on pas que gérer c’est prévoir ?
En effet, malgré la survenance de la crise ci-dessus évoquée et la baisse drastique du niveau de trafic aérien international pendant la période chaude, le DG a continué à flamber en dépenses somptuaires, refusant mordicus de s’adapter à la conjoncture.


Lors de la session du Conseil d’Administration des 9 et 10 décembre 2020 derniers, l'autoproclamé manager de l’année 2019 qui s’est plaint de ce que l’effectif pléthorique ne lui permettait plus de joindre les deux bouts (il faut dire que sous son magistère ce dernier a doublé), a proposé de procéder à des licenciements pour motif économique.


Paradoxalement, c’est le même DG qui a recruté plus de 200 personnes entre Mars et Novembre 2020. C’est encore lui qui, malgré la crise a dépensé plus de 7 milliards FCFA en 2 mois pour payer certains fournisseurs. Rappelons qu’en tant de crise même l’ETAT décale ce type de paiements qui deviennent non essentiels. Quand on sait que 30% de cette somme lui revient par le mécanisme des retrocommissions, comment ne pas comprendre l’attitude typiquement camerounaise de l'homme ?
Evidemment le Conseil d’Administration a renvoyé sa copie en lui rappelant certaines évidences.
Aujourd’hui OWONA ASSOUMOU se retrouve pris entre deux feux. D’un côté le Conseil d’Administration qui cette fois l’a lâché après l’épisode foireux du contrat d’assurance Maladie dont le déficit de prestations a failli coûter la vie au PCA ; et de l’autre le personnel qui ne veut plus rien entendre et attend fermement le paiement de tout ce qui lui revient en décembre 2020 sans exclusive, en plus des rappels des avancements dus.

Comment en arrive-t-on à privilégier les fournisseurs au détriment du personnel ?
Les prochains jours s’annoncent brulants chez le gestionnaire des aéroports. Le volcan ADC qui jusque-là était endormi, va-t-il entrer en éruption ? Allons nous assister à un debreyage clouant des avions de Air France sur le tarmac sans assistance?
En attendant, le DG qui a déjà annoncé à son entourage son entrée au prochain gouvernement, décline toute responsabilité car selon lui, son mandat est légalement expiré depuis 2 ans. »

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter