Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 06 02Article 599899

Actualités Régionales of Wednesday, 2 June 2021

Source: L'Oeil du Sahel n°1515

40 millions FCfa distribués gratuitement à 2 000 ménages dans la Commune de Poli

C’est une initiative qui vise la réduction de la pauvreté en milieu rurale C’est une initiative qui vise la réduction de la pauvreté en milieu rurale

C’est une initiative qui vise la réduction de la pauvreté en milieu rurale.
voir leurs dons. Il faut dire que des remous ont perturbé le paiement sur le site de Fignolé. Des contestations engagées le 2e jour ont entraîné le non-paiement des bénéficiaires retardataires. «Pour arrêter la liste des bénéficiaires, il y avait tout un processus. Les gens sont passés d’abord recenser la population de chaque village. Il y a eu équipe qui est passé mener des enquêtes auprès de chaque famille, ensuite c’était la remise des tickets à certains ménages. Tous ceux qui ont les tickets ne sont pas d’offices bénéficiaires, une liste est arrivée dans chaque village portant le nom des ménages choisit par le projet filets sociaux et qui devraient se rendre à Poli pour se faire filmer. On devait les filmer à Tété, mais il n’y avait pas la connexion et on a renvoyé à Poli. Ce sont seulement ces gens qui se sont fait filmé qui seront payés», a expliqué Moussa Foïnamsé, chef traditionnel et volontaire associé au processus de paiement sur le site de Fignolé (Nazareth).

D’après les informations reçus sur le terrain, même ceux qui n’avaient pas leurs noms sur la liste ont effectué le déplacement pour se faire filmer à Poli. La conséquence c’est que le jour du paiement, leurs noms ne figurent pas sur la liste des bénéficiaires, ce qui a créé dès mécontentements et des déceptions. Si les retardataires n’ont pas été payé le lendemain, c’est parce qu’il y avait réclamation entraînant des bruits et des bousculades. « Vous savez que nous ne sommes pas escorté pour ce paiement, si vous continuez à faire des bruits de cette façon, nous serons obligé d’arrêter le paiement. L’argent n’aime du bruit», a laissé entendre un membre de l’équipe de paiement cru’ projet filets sociaux, avant de continuer pour Voko pour la même opération. «J’ai reçu 20 000 FCfa, on va aller partager en famille parce que c’est qu’on nous a dit, que c’est pour toute la famille et non pour moi seule. Je remercie les donateurs, que Dieu les bénissent», se réjouit Fadimatou Ndotti du village Ngoutiri. Sur place à Gorrqaya, un quartier de Voko, le constat était qu’aucun bénéficiaire du village Mana n’est venu percevoir son dû. Certains expliquent cela par le manque d’information. Mais il est clair que tous ceux qui n’ont pas perçu recevront le montant cumulé au prochain paiement.

Les projets filets sociaux sont un ensemble de programme de transferts non contributifs ciblant d’une manière générale les personnes en état de pauvreté et vulnérables dans le, but de les aider en améliorant leur condition de vie. Ce financement rapporté bénéficiera à 2000 ménages qui, chacun recevra 20 000 FCfa tous les deux mois et ce pendant deux ans grâce à la politique prônée par l’exécutif communal. Mais il se trouve que certains démunis ont été délaissé au détriment des plus nantis

«Moi je suis une femme handicapée, je marche avec la béquille. Il m’est difficile de faire un boulot qui puisse me rapporter de l’argent. Mais à ma grande surprise, on ne m’a pas sélectionné, j’ai vu les gens qui ont les moyens en bénéficier», a fait savoir Loumbi, une dame qui se débrouille pour se déplacer à l’aide de sa béquille parce que l’un de ses pieds a été coupé au niveau de la cuisse. Et le maire de répondre à telles situations : «Ils m’ont dit qu’ils ont recensé les plus démunis, si tel est le cas nous allons revérifier lorsqu’ils vont descendre sur lé terrain pour la 2e phase».

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter