Vous-êtes ici: AccueilInfos2019 11 06Article 475392

General News of Wednesday, 6 November 2019

Source: camerounweb.com/ mimimefoinfos.com

37 ans de règne: 'Paul Biya et le Cameroun, jusqu'à ce que la mort vous sépare'

Ce 6 novembre 2019 marque exactement un an après que le président Paul Biya a juré devant la nation de respecter la constitution, de protéger les droits des Camerounais et d'améliorer le niveau de vie. Cela faisait suite à la victoire d'un nouveau mandat du candidat à la présidentielle du RDPC, après une élection entachée d'allégations de fraude et dans laquelle beaucoup de gens avaient trop peur de voter dans les régions agitées du Nord-Ouest et du Sud-Ouest du pays.

Un an après sa «réélection» décrite par le principal professeur de l’opposition Maurice Kamto comme une «victoire volée», qu'est-ce qui a changé? Qu'a réalisé Paul Biya au cours des 37 dernières années?

Né le 13 février 1933 à Mvomeka'a, dans la région équatoriale du sud du Cameroun, Paul Biya a quitté ses humbles débuts pour devenir l’un des dirigeants les plus anciens et les plus anciens d’Afrique.


Il a 86 ans et a survécu à quatre présidents français, cinq premiers ministres britanniques et cinq présidents américains.

La BBC et d'autres médias des médias occidentaux le décrivent comme un propriétaire absent, qui gouverne depuis sa poursuite devant l'hôtel Intercontinental à Genève, en Suisse.


Le Wall Street Journal a récemment mis en garde le monde entier de ne pas le déclarer disparu avant la fouille de tout son étage à l'hôtel. Ici, lui et son entourage composé d’une cinquantaine d’hommes dépensent en moyenne 40 000 dollars par jour rien que pour des factures d’hôtel, à l’exclusion des autres équipements.

Son voyage aller-retour à Genève entre Yaoundé et son vol nolisé coûte environ 855 000 dollars. Il est issu de la domination coloniale française en Afrique et a maintenu une poigne de fer dans ce pays d’Afrique centrale à l’histoire en dents de scie qui n’a pas connu d’opposition depuis près de quatre décennies.
Il est le deuxième plus grand dictateur au pouvoir du continent, avec 37 ans de présidence, 7 ans auparavant et 1 en tant que Premier ministre, et un couple en tant que ministre.

Le bilan horrible de cet «homme fort africain» en matière de droits de l'homme n'est pas un secret pour le monde: arrestations et disparitions arbitraires, brutalités policières et policières, prisons de bunkers massives, emprisonnement de journalistes, entre autres crimes. La guerre contre Boko Haram et les bouleversements sociopolitiques dans les régions du nord-ouest et du sud-ouest du pays ont récemment pris de l'ampleur.

Le Comité pour la protection des journalistes (CPJ) classe le pays au deuxième rang mondial après l'Egypte pour avoir emprisonné des journalistes pour de fausses accusations de nouvelles. Depuis, Biya a utilisé sa loi antiterroriste de 2014 pour faire taire les dissidents et les journalistes.

Le rapport de 2017 sur les droits de l'homme publié par le département d'État américain sur le pays met clairement ces violations à l'abri du fragile Paul Biya, âgé de 86 ans, qui est le chef du pouvoir législatif, judiciaire et exécutif du Cameroun, ordonnant les arrestations et les détentions à volonté.

Il contrôle également toutes les vies sociales et culturelles du pays, y compris l'Église catholique, où des prélats de sa tribu ont défendu avec véhémence ses maux.
Alors que le développement a stagné depuis 1982, date à laquelle il a pris le pouvoir, son armée a bénéficié d’énormes dernières armes et entraînements de type occidental. Ce soutien a élevé tout officier en uniforme au statut de demi-dieu.



Le nom de Biya est considéré par ces officiers arrogants comme une licence pour des violations flagrantes des droits humains impunément. Nulle part au monde, ces crimes ne se manifestent tous les jours que l’annihilation systématique de la population minoritaire anglophone, qui n’a pas eu beaucoup de succès depuis son union avec le pays majoritairement francophone, depuis 1961.

Ici, des civils innocents et leurs habitants sont rasés par les soldats sans aucun remords.
Tout comme Hitler a appelé les noms de Juifs pour aider à leur extermination, Paul Biya et son équipe meurtrière ont commencé par appeler les anglophones DOGS, et maintenant des sécessionnistes ou des terroristes, justifiant ainsi leur extermination.

Alors que les partisans souhaitaient à Biya une orientation divine et une longue vie le jour de son anniversaire, il n’a pas assisté à la célébration au centre de conférence de Yaoundé.
Il a organisé une fête privée et apparemment somptueuse dans son village natal de Mvomeka, dans la région du sud du Cameroun.


Alors que les partisans de Biya étaient célébrés, le Parti du mouvement de la Renaissance camerounaise, parti de l'opposition, a organisé une marche de protestation à Yaoundé, appelant Biya à la démission et à la libération de son dirigeant, Maurice Kamto.

Kamto, qui prétend que Biya a volé l'élection présidentielle du 7 octobre 2019, est actuellement en détention, accusant notamment une rébellion d'avoir protesté contre les résultats de l'élection.

En 2008, Biya a révisé la constitution pour supprimer les limites au mandat présidentiel. Les critiques ont qualifié la démarche d'autoritaire et accusent depuis longtemps son gouvernement d'avoir truqué les élections, allégations que les responsables nient.

Le politologue Christophe Tiennteu de l’Université de Yaoundé a déclaré que Biya avait trop longtemps gouverné avec une main de fer. Le Cameroun, a-t-il dit, plonge dans un chaos indescriptible avec une gouvernance incohérente et des pratiques démocratiques. Face à ces défis, a-t-il déclaré, et tout en aspirant au changement et à la fin de la domination d'un homme, les gens se distancent des initiatives de Biya et de ses partisans qui vont à l'encontre des intérêts du Cameroun.

S'il arrivait quelque chose au président âgé de 86 ans, a déclaré Tiennteu, le Cameroun pourrait faire face à une transition très difficile.

Alors que la constitution stipule de nouvelles élections si le poste de président devient vacant, Biya n’a pas préparé de successeur.
À la suite du dîner d'État offert le 20 mai 2019 par le couple présidentiel Paul Biya et Chantal Biya Chantal au Palais de l'Unité, nombreux sont ceux qui ont profité des médias sociaux pour dire que Biya avait désormais besoin d'une nourrice.

Ou bien le sang des personnes tuées dans les régions anglophones agitées, y compris celle de Neba Maltha, âgée de quatre mois à Muyuka, hante-t-il le dictateur malade?

Chantal a eu un geste public d'affection et d'affection levant la main de son mari juste après que le mec lui-même ait fait signe à ses invités.

Maintenant, les gens l'ont pris dans le champ de la représentation discursive, en l'extrapolant aux unités d'analyse les plus infinitésimales.
Mais qui ne connaît pas l'expressivité caractéristique de Chantal? Chantal Biya et Paul Biya ont célébré leur mariage en 23 ans le 23 avril 2019. Le couple s'est marié le 23 avril 1994 à Mont-Fébé à Yaoundé.

Ils forment un couple formidable malgré leurs 38 ans d’écart. Mme Biya est sa deuxième épouse. Il s'est marié avec sa première femme, Jeanne-Irène Biya, pendant 32 ans, jusqu'à sa triste disparition en 1992. Le président Biya et sa charmante épouse, Chantal, ont deux enfants, Junior Biya et Brenda Biya.

En effet, jusqu'à la mort, nous nous séparons sur le trône pour Paul et Chantal Biya!

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter