Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 08 06Article 532681

General News of Thursday, 6 August 2020

Source: www.camerounweb.com

300 millions proposés à des mercenaires pour exfiltrer Amougou Belinga du territoire camerounais

C’est une information recueillie auprès d’une source proche du sérail.

300 millions, est la somme proposée aux équipes de ‘mercenaires’ qui vont tenter de faire sortir l’homme d’affaires et magnat de la presse camerounaise Amougou Belinga du territoire Camerounais. Une révélation qui s'apparente à l'affaire de l'ancien ministre des mines Atangana Kouna qui, pour échapper à la justice camerounaise, a fui le pays pour le Nigéria d'où il a été rapatrié par les autorités d'Abuja.

En effet, de sources concordantes et à travers une note confidentielle, dont la rédaction de camerounweb a obtenu copie, le Délégué général à la sûreté nationale Martin Mbarga Ngulélé interdit à celui qui est considéré comme son ennemi numéro 1 de sortir du territoire national. Cette décision est la résultante d’un conflit ouvert entre les deux personnalités.

Le Président directeur général de de Vision4 est cité dans plusieurs affaires rocambolesques, louches et inquiétantes notamment les Marchés fictifs et retrocommissions, le meurtre du Jeune Fombor., le détournement de plusieurs milliards à la CAMPOST, l’imitation de la voix de Paul Biya pour faire chanter les ministres, des dénonciations “ calomnieuses” contre le DGSN Mbarga Nguele et l’arrachage du terrain d’une famille pour construire la deuxième tour de Vision 4 à Yaoundé pour ne citer que celles-là.

En début de semaine, Jean Pierre Amougou Belinga, Parfait Ayissi ainsi que le journaliste Jean Jacques Ze ont été suspendus pour une période de trois mois par le Conseil national de la communication (CNC) dirigé par Peter Essoka pour le non-respect des règles régissant le métier de journalisme. Quelques heures après la décision du CNC, le présentateur vedette du journal de 20 heures sur Vision 4 était à son poste. Bien dans sa peau, aucun signe apparent ne démontrait que Jean Jacques Ze, l’ancien DG adjoint du média basé à Nsam, est concerné par les sanctions de l’organe régulateur.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter