Vous-êtes ici: AccueilActualités2021 07 09Article 607078

Opinions of Friday, 9 July 2021

Auteur: Ministère de la Santé publique

25% des camerounais ont déjà touché à la drogue - Minsanté

Des jeunes en train de fumer de la drogue Des jeunes en train de fumer de la drogue

Dans une publication du ministère de la Santé publique, relayant une déclaration de clôture des activités de la journée internationale contre l’abus et le trafic illicite de drogue au Cameroun, du Dr Manaouda Malachie, l'on apprend qu'une enquête révèle que l 1/4 de la population camerounaise se drogue. Ci-dessous, la rédaction de CamerounWeb vous propose le compte-rendu du ministère de la Santé publique.
---

C’est l’un des constats révélés le 08 juillet 2021 par le ministre de la Santé publique lors de sa déclaration de clôture des activités de la journée internationale contre l’abus et le trafic illicite de drogue au Cameroun.

Les données sur la circulation et la manipulation des drogues au Cameroun ont explosé ces dix dernières années au point de faire de notre pays, qui n’était qu’un pays de transit, une aire de destination, de culture et de consommation abusives des substances psychotropes.

Les dernières enquêtes réalisées sur le phénomène, souligne le Dr Manaouda Malachie, établissent que 25% des camerounais ont déjà fait l’expérience d’une drogue dure. 10% d'entre eux sont des usagers réguliers, constitués à 60% des jeunes dont l’âge varie entre 20 et 25 ans. La palette de drogues en circulation est large et variée, allant du tabac aux substances psychotropes en passant par l’alcool et les médicaments contrefaits.

Le Ministre de la Santé Publique s’est attardé sur le cas du Tramadol commercialisé sous l’appellation de 'Tramol' qui est pourtant soumis à un contrôle spécifique. Le Minsanté constate que : « Ce produit est recherché par les individus de tous les âges et de toutes les catégories sociales, pas seulement pour soulager un mal de dos, ni pour calmer des douleurs de rhumatismes, mais pour bien d’autres raisons ».

Il a également évoqué l’usage du tabac et de ses produits en indiquant qu’environ 9% des camerounais sont des consommateurs actifs. Plus grave, les jeunes de 15 ans sont concernés a plus de 15% avec une prévalence plus élevée en milieu scolaire. Sur la base d'autres indicateurs, les répercussions sont considérables. En dehors des troubles susceptibles d’entraîner la dépendance ( voire déboucher sur des situations d’invalidité) qui nécessitent une prise en charge adéquate, les statistiques révèlent que notre pays enregistre chaque année près de 66 000 décès liés au tabagisme.

C’est donc fort de cette situation préoccupante que le Comité National de Lutte contre la Drogue (CNLD) a saisi l’occasion de la commémoration de la 34eme Journée Internationale contre l’abus et le trafic illicite de drogues ( journée célébrée le 26 juin de chaque année) pour organiser depuis le 21 juin dernier une série d’activités comprenant entre autres : des campagnes de sensibilisation de masse et de mobilisation sociale à l’endroit des jeunes, des conférences éducatives dans les Centres de soins d’Accompagnement et de Prévention en addictologie ainsi que des marchés sportives de sensibilisation dans les dix régions du pays. L’objectif étant de combattre la désinformation au sujet de l’usage des drogues et de promouvoir le partage des faits sur les risques pour la santé et présenter les solutions préconisées contre ce fléau.

Rappelant les interpellations du président de la République dans ses discours à l’endroit de la jeunesse en février 2019 et 2020 soulignant que la consommation de la drogue chez les jeunes a atteint la côte d’alerte, le Ministre Manaouda Malachie a mentionné que la stratégie de lutte contre l’abus et le trafic de drogues doit s’adapter à l’ampleur du phénomène et s’articuler autour des techniques les plus actuelles. Le patron de la Santé a par ailleurs invité chacun, à son niveau, quel que soit le lieu où il se trouve, à sensibiliser autour de lui et à encourager ceux et celles qui ont des troubles liés à l’usage des substances psychotropes à aller dans les centres de prise en charge dédiés pour un meilleurs accompagnement.

Rejoignez notre newsletter!