Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 10 12Article 548152

xxxxxxxxxxx of Monday, 12 October 2020

Source: Actucameroun.com

20 jours de honte au Cameroun : Maurice Kamto toujours encerclé

Franklin Nyamsi, Professeur agrégé de philosophie académie de Rouen en France, par ailleurs docteur en philosophie de l’université de Lille 3, ce dernier vient de publier ce dimanche 11 octobre 2020, une tribune dans le journal français Mediapart, où il dénonce la séquestration de Maurice Kamto à Yaoundé. L’intégralité de sa tribune.
Voici 20 jours que le Président Elu du Cameroun, Maurice Kamto est encerclé par les forces barbares du régime du disparu Biya, sans que la mobilisation des Camerounais en soit accrue. Transis de peur irrationnelle, les Camerounais espèrent un miracle qui les libère. Ce miracle ne viendra pas, heureusement, car la vraie liberté s’arrache, se conquiert, elle ne s’offre pas.



La Question Camerounaise est simple: notre Peuple veut-il être libre ou veut-il demeurer en servitude? La nature de la réponse majoritaire explique l’état de léthargie du pays. Le satrape Paul Biya a disparu, mais les Camerounais demeurent prisonniers de son spectre qui les hante. En fait, les chaînes de la servitude camerounaise sont dans les esprits, davantage que dans les corps.

Bien sûr, si on interroge la majorité écrasante des Camerounais, ils vous répondront qu’ils veulent être libres. Mais nuance: ils penseront davantage à leurs libertés personnelles avantageuses qu’à la liberté collective suprême. La conscience collective du pays a été déconstruite. C’est elle que nous œuvrons patiemment à reconstruire, car sans cette dimension, la servitude du Peuple est assurée pour longtemps.



Voici 20 jours que le Président Elu du Cameroun, Maurice Kamto est encerclé par les forces barbares du régime du disparu Biya, sans que la mobilisation des Camerounais en soit accrue. Transis de peur irrationnelle, les Camerounais espèrent un miracle qui les libère. Ce miracle ne viendra pas, heureusement, car la vraie liberté s’arrache, se conquiert, elle ne s’offre pas.

Voici donc qu’à Douala, Yaoundé, Bafoussam, Garoua, Maroua, Ngaoundéré, Bertoua, Ebolowa, la vie continue parce que les Camerounais croient que Maurice Kamto est encerclé pour lui-même, que c’est son propre problème avec Paul Biya et qu’eux, les Camerounais, ils ne sont pas dedans.

Alors que le Président Kamto est en fait aujourd’hui, le plus libre des Camerounais, car il endosse sur ses frêles épaules, la lâcheté de tout un peuple. Le Président Kamto dit à tous les Camerounais, y compris ceux qui se moquent de lui, ceux qui ont peur de dire NON, ceux qui se réjouissent de l’impasse généralisée du pays, le Président Kamto leur dit: « Je ne vous trahirai pas. »



C’est un acte de haute transcendance et de haute conscience qui devrait fonder l’espérance de tous et de chacun.

Moi, Sisiku Franklin Nyamsi Wa Kamerun, je suis encerclé par l’impuissance collective camerounaise, comme l’est mon leader camerounais, le Président Kamto. Mais jamais, au grand jamais, je ne renoncerai au seul combat qui en vaille la peine: amener les Camerounais à la grande mobilisation qui permettra la conquête de la vraie souveraineté démocratique de mon pays natal.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter