Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 06 28Article 523417

General News of Sunday, 28 June 2020

Source: www.camerounweb.com

'20 hommes armés sont venus à mon lieu de service vers 18h30'


Pandémie Coronavirus au Cameroun : Lisez toute l’actualité ici →

Germaine Dzenjoh est une jeune femme camerounaise qui croupit actuellement à la prison de Kondengui pour des raisons qu'elle ignore toujours. Dans son poignant témoignage que nous vous partageons, elle appelle toutes les personnes qui peuvent faire quelque-chose pour elle, de faire en sorte qu'elle soit libérée, afin qu'elle puisse prendre soin de sa famille.


Voici les témoignages de Mme Dzenjoh


J'ai été arrêtée à Limbe le 21 septembre 2017 Ce jour-là plus de 20 hommes armés sont venus à mon lieu de service vers 18h30. Ils m'ont intimidé avec leurs armes à feu, m'ont giflé, ont pris mon sac à main contenant mes téléphones et mon argent, puis ont emporté tous les accessoires informatiques où je travaillais m'ont menotté et emmené au poste de police de Bota où ils m'ont demandé d'identifier des garçons que je ne connaissais pas.

De là, j'ai été conduit à ma maison dans le même état, ma maison a été saccagée par les mêmes hommes qui ont emporté de l'argent pour un montant de 492.000 CFA en espèces, et mes téléphones avec la somme 450.000 CFA sur mes comptes mobile money. Ils ont également emporté mes documents personnels à la maison, et je ne sais pas où ils se sont retrouvés car ils ne m'ont jamais été rendus.

De là, j'ai eu les yeux bandés et conduit vers une destination inconnue où j'ai été enfermé encore les yeux bandés pendant trois semaines.
Au cours de la première semaine, on m'a demandé d'identifier un groupe de garçons qui seraient des Ambazoniens, puis j'ai été accusé de parrainer lesdits garçons.
J'ai expliqué aux enquêteurs que je ne suis qu'une callboxeuse qui faisais des transactions d'argent ( Orange mobile et Mtn mobile money ) donc lorsque des clients viennent pour une transaction je ne cherche pas à savoir l'origine de leur argent, je leur avais dit que je ne finançais pas ces gens.

Après de sérieuses tortures pour m'inciter à dénoncer ces gars que je ne connaissais pas j'ai donc été transféré au commissariat de police judiciaire où j'ai été détenu pendant deux mois à huis clos et nourri comme un chien.
J'ai ensuite été transféré à la prison centrale de Kondengui le 1er décembre 2017 où je suis jusqu'à aujourd'hui.

La communication avec le monde extérieur depuis la prison est extrêmement difficile pour moi depuis ma détention. J'ai prié et espéré que le mystère des fausses accusations qui ont conduit à mon arrestation soit résolu. J'ai espéré retrouver ma dignité, donc je reprends une vie normale. Pourtant aucun changement jusqu'à présent. Je suis une mère célibataire d'un garçon de dix ans. Ma famille est très pauvre sans personne pour les aider financièrement ou autrement, Ma mère a dû emprunter près de deux millions de francs CFA pour garantir ma libération, ce qui était inutile, et l'argent n'a jamais été remboursé.
Maintenant, je compte sur tout le monde, sur chaque noble cœur qui lit ce message (mon appel à l’aide)
de dire ou de faire quelque chose de leur mieux, pour que je sois libérée.
Je suis à peine une jeune femme et mère de famille, qui a démarré une petite entreprise pour nourrir sa famille.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Join our Newsletter