Vous-êtes ici: AccueilActualités2021 10 01Article 621298

Actualités of Friday, 1 October 2021

Source: www.camerounweb.com

1er octobre : le drapeau ambazonien flotte à Buea

Le drapeau ambazonien flotte à Buea Le drapeau ambazonien flotte à Buea

• Le drapeau a été monté la nuit

• Les Ambazoniens réclament toujours leur indépendance

• Le Général No Pity activement recherché


Un drapeau ambazonien a été aperçu flottant autour de l'école primaire de Ndongo à Buea selon une source présente sur place. Le drapeau aurait été monté nuitamment par des séparatistes ambazoniens lors de commémoration du 1er octobre 1961, date de la création de l’Etat fédéral du Cameroun. Cet Etat fédéral pour rappel était le fruit de la fusion du Cameroun français et de la partie sud du Cameroun britannique. Les Ambazoniens, ce fut le début de leur calvaire.


Les groupes armés séparatistes qui sévissent dans les régions anglophones du Cameroun, face aux injustices dont ils se disent victimes, réclament une indépendance. Le pouvoir de Yaoundé qui s’oppose fermement à toute partition du Cameroun combat les Amba Boys depuis plusieurs années. La situation s’enlise avec l’assassinat de plus en plus fréquent des militaires camerounais.


Dans son discours à son peuple ce vendredi 1er octobre, Sisiku Ayuk Tabe appelle la communauté internationale à enquêter sur les atrocités qui ont eu lieu dans le NOSO. Il tient toujours à l’indépendance de l’Ambazonie et appelle ses compatriotes à ne pas abandonner la lutte. L’heure de récolter le fruit des années de souffrance serait proche.

« L'esprit ambazonien, ces ressources et réserves, qui nous ont amenés si loin, sont fondés sur notre compréhension et notre assurance que nos gains ne viendront qu'à travers notre douleur. Les Ambazoniens ont creusé très profondément et à partir de nos hectares donnés par Dieu, tous nos diamants, notre or, notre paix et notre prospérité, nous devons les exploiter et les récolter », a-t-il écrit dans son discours depuis la prison centrale de Kondengui.


200 millions


L’armée camerounaise perd de plus en plus d’éléments dans la guerre en cours dans les régions anglophone du pays. Annoncé pour mort, le redoutable chef de guerre No Pity a fait un retour remarquable en abattant une vingtaine de militaires camerounais. Cette attaque de trop aurait poussé les autorités camerounaises à mettre à prix la tête du Général No Pity. Selon le journaliste exilé Michel Biem Tong, le régime de Yaoundé promet 200 millions de francs CFA à toute personne qui parviendra à neutraliser ce combattant sécessionniste.


« De sources dignes de foi, suite à l’attaque de Sagba Hills ayant causé la mort d’une vingtaine de soldats camerounais ce 16 septembre, les services secrets camerounais auraient mis à prix la tête du chef du Marine Forces of BAMBALANG (groupe armé indépendantiste), General No Pity. Montant en jeu : 200 millions de FCFA. Un plan de capture est en train d’être concocté par les services camerounais en connexion avec un certain BOY K, la taupe dans les rangs du groupe armé », indique la source.

Rejoignez notre newsletter!