Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 07 29Article 530917

General News of Wednesday, 29 July 2020

Source: cameroon-info.net

180 milliards divisent le Contrôle supérieur de l’Etat et la Chambre des comptes


Pandémie Coronavirus au Cameroun : Lisez toute l’actualité ici →

La gestion de la somme de 1,2 milliard de FCFA allouée à cette activité serait au centre du désaccord.

La ministre déléguée à la présidence de la République en charge du Contrôle supérieur de l’Etat (CONSUPE), Mbah Acha née Fomundam Rose Ngwari, désapprouve la décision du Premier ministre, chef du gouvernement, Joseph Dion Ngute, attribuant l’audit externe du Fonds spécial Covid-19, dont les ressources globales s’élèvent à 180 milliards FCFA, à la Chambre des comptes de la Cour suprême (CCCS).

Dans une lettre adressée au Premier ministre et reprise dans les colonnes du quotidien Mutations édition du 28 juillet 2020, la ministre Mbah Acha a clairement fait savoir au PM que sa décision est «de nature à constituer une atteinte graves aux principes régissant le contrôle externe des finances publiques».

«Convoquant les dispositions textuelles en vigueur, elle fait observer que le Consupe qui est l’institution supérieure de contrôle des finances publiques est l’organe étatique chargé d’effectuer l’audit externe au niveau le plus élevé. La Chambre des comptes de la Cour suprême, quant à elle, «contrôle et juge les comptes ou les documents en tenant lieu des comptables publics patents ou de fait». A cet effet, «elle rend, sur les comptes qu’elle est appelée à juger, des arrêts qui établissent si les comptes jugés sont quittes, en avance ou en débet», peut-on lire.

Selon le journal, la ministre ne manque pas d’aviser sur un risque de diffusion limitée des conclusions issues du contrôle. «En effet, au vu du volume des montants mis en œuvre par les pouvoirs publics et du fait que l’action gouvernementale relative à la lutte contre le coronavirus a été prescrite sur très hautes instructions du président de la République, S.E Paul Biya, lui-même, il paraît impérieux qu’il soit tenu informé de l’évaluation de la conformité et de la performance de l’utilisation des fonds engagés dans la lutte contre la pandémie», explique la ministre en charge du Contrôle supérieur de l’Etat. Qui crie par ailleurs à l’exclusion des instances compétentes de l’exécutif «de l’exploitation judicieuse des conclusions y afférentes», note le journal.

Or, d’après elle, «les recommandations formulées à l’issue de ces évaluations pourraient s’avérer utiles pour aider les responsables de l’exécutif à identifier les risques d’anomalies, de fraudes, de gaspillages de ressources et de prendre les mesures correctives en temps utile, pour le plus grand intérêt de nos concitoyens».

En effet, selon le décret du Premier ministre, les résultats de l’audit réalisé par la CCCS devront être présentés au Parlement exclusivement, en plus du fait que le ministère des Finances, après consolidation des rapports des départements concernés par la gestion du COVID-19, produit et publie un rapport général sur les dépenses liées à lutte contre la pandémie, 30 jours suivant la fin de chaque semestre, précise le journal.

En réalité, le montant alloué à l’audit de la gestion des fonds spécial Covid-19 serait au centre du désaccord. Pour rappel, dans son décret signé le 22 juillet 2020, le Premier ministre a affecté la somme de 1,2 milliard de FCFA t à cette activité.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter