Vous-êtes ici: AccueilInfos2021 05 17Article 597301

Actualités de

Source: www.camerounweb.com

17 mai: le message de Me Nkom aux homosexuels et transgenres

Me Alice Nkom Me Alice Nkom

•Aujourd'hui 17 mai est la Journée mondiale contre l'homophobie.

•Me Alice Nkom a, à cette occasion adressé un message aux LGBT.

•Il y a quelques jours un homosexuel camerounais a été condamné à 5 ans de prison.


A l'occasion de la Journée mondiale contre l'homophobie, la transphobie et la biphobie, célébrée chaque 17 mai, Me Alice Nkom, avocate défenseur des droits des homosexuels a adressé un message aux homosexuels et transgenres.

'Les enfants le 17 mai est un jour important contre les discriminations et les persécutions des populations lgbt dans le monde. Souvenez vous. 'Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits', a écrit Me Alice Nkom dans une publication sur sa page Facebook.

'Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité'. La Déclaration universelle des droits de l'homme', ajoute le défenseuse des droits des homosexuels.

Affaire Shakiro

La célébration de la Journée mondiale contre l'homophobie, la transphobie et la biphobie intervient quelques jours seulement après la condamnation du célèbre homosexuel camerounais. Me Alice Nkom était l'avocat de l'homosexuel.

Quelques heures après le verdict du juge condamnant l'homosexuel camerounais Shakiro à 5 ans de prison ferme, l'avocate a fait une déclaration sur sa page Facebook dans laquelle elle exprime toute son indignation.

'Bonjour les enfants, cinq ans de prison ferme pour tentative d’homosexualité et 200 000 Francs d’amende pour Shakiro et Patricia! Dans notre loi, seul la preuve et les faits comptent. Aujourd’hui une trans portant une jupe au Cameroun risque 5 ans d’emprisonnement, oui mais dans quel code ? Le message est clair, attention aux femmes qui portent des pantalons dorénavant! Très très en colère les enfants, personne ne devrait avoir le droit d'être emprisonné pour une simple suspicion, cela ouvre la porte de la délation et des emprisonnements sans preuves', écrit Me Alice Nkom.

Dans notre code pénal ce n’est pas l’homosexualité qui est condamné mais la relation sexuelle entre personnes du même sexe, et uniquement prise en flagrant délit. Nos juges seraient-ils aussi devenus des législateurs ?
Les députés de notre nation devraient toutes et tous êtres scandalisés', ajoute-t-elle avant de citer l'article 347 bis, page 303 du Code Pénal, intitulé «HOMOSEXUALITE» : 'Est puni d’un emprisonnement de six mois à cinq ans et d’une amende de 20.000 à 200.000 francs toute personne qui a des rapports sexuels avec une personne de son sexe.'

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter