Vous-êtes ici: AccueilInfos2020 07 21Article 529024

xxxxxxxxxxx of Tuesday, 21 July 2020

Source: Actucameroun.com

02 mois après son limogeage de l'Université de Buéa, Agbor Balla assène un autre coup au régime Biya


Pandémie Coronavirus au Cameroun : Lisez toute l’actualité ici →

Me Félix Agbor Mballa regrette de voir que le Grand dialogue national n’ait pas conduit aux négociations de paix dans les régions anglophones.
Me Félix Agbor Balla s’est exprimé au sujet du Grand dialogue national au vu de la situation qui prévaut toujours dans les régions anglophones à savoir le Nord-Ouest et le Sud-Ouest (Noso). Effectivement depuis la tenue de ces assises convoquées par le Président Paul Biya, le Noso n’a pas enregistré de grands changements. Les kidnappings, les assassinats, les incendies et autres formes de violences restent d’actualité dans la zone anglophone. Les populations continuent de déserter les lieux pour trouver refuge dans les autres régions du pays. L’armée continue d’affronter les groupes armés réclamant la séccession du Cameroun.

Me Agbor Balla
Une situation qui ne laisse pas indifférent Me Félix Agbor Balla, qui dans une nouvelle publication faite sur Facebook, fait remarquer que le Grand dialogue national n’a pas eu le mérite de conduire à la tenue des négociations aboutissant à la paix. L’avocat au Barreau du Cameroun note que ce sont les populations qui continuent de payer le lourd tribut des affrontements.

« La crise actuelle dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest au Cameroun a causé des épreuves inédites aux populations. Dix mois depuis la fin du Grand Dialogue National, il n’y a rien de concret à montrer dans la direction de la paix », déclare Me Félix Agbor Balla.



Négociations
Tout comme l’avocat au Barreau du Cameroun, d’autres concitoyens qui avaient fondé leur espoir sur les résolutions du Grand dialogue national, partagent sa déception. Seulement il convient de noter que tout récemment le président autoproclamé de la république fantôme d’Ambazonie Sisiku Ayuk Tabe a indiqué que les négociations visant la paix dans le Noso allait être entamées avec le gouvernement. Il a fait savoir qu’une rencontre avec les autorités avait eu lieu. Cependant des jours après cette publication, un communiqué des ambazoniens réfutait à ce dernier le droit de parler au nom de la république fantôme.

Vous êtes témoin d'un fait, vous avez une information, un scoop ou un sujet d'actualité à diffuser? Envoyez-nous vos infos, photos ou vidéos sur WhatsApp +237 650 531 887 ou par email ! Les meilleurs seront sélectionnés et vérifiés par la rédaction puis publiés sur le site.

Rejoignez notre newsletter