Vous-êtes ici: AccueilInfosRéligion2019 04 15Article 460970

Réligion of Monday, 15 April 2019

Source: alwihdainfo.com

Hadj 2019: Paul Biya veut accorder des avantages aux pèlerins

Depuis quelques années, le gouvernement camerounais est très préoccupé par le séjour de ses fidèles musulmans en terre sainte de l’Islam. Pour cela, le ministre de l'Administration territoriale, Paul Atanga Nji a rencontré ce 15 avril 2019, les encadreurs des pèlerins en rapport avec le Hadj 2019 en Arabie Saoudite. A titre de rappel, le ministre de l’Administration territoriale a encore une fois félicité ces encadreurs de pèlerins et autres accompagnateurs, pour le déroulement du pèlerinage de 2018 dans les bonnes conditions pour la délégation des fidèles musulmans camerounais.

Il leur a cependant rappelé que comme d'habitude, le chef de l'Etat Paul Biya leur a accordé d'autres avantages cette année. L'un des avantages porte sur l'acquisition d'hôtels d'hébergement près du site de prière, à quelques minutes de là. Le ministre Paul Atanga Nji a révélé que cette année, il y a une augmentation de 350 pèlerins, ce qui porte leur nombre total à 2 389. Bien plus, des arrangements spéciaux ont été faits pour que chaque pèlerin revienne avec l’habituel "Zamora Zam".

Par ailleurs, le ministre de l’Administration territoriale a mis en garde les responsables des groupes de pèlerins : en effet, tout pèlerin surpris avec des articles interdits justifierait le retrait de la licence au leader de groupe. Il a ajouté que les femmes enceintes visiblement ne vont pas embarquer pour l’Arabie Saoudite, selon des indications faites par les différentes compagnies aériennes partenaires.

La date de départ provisoire est fixée au 29 juillet 2019, pour un séjour de 26 jours en Arabie Saoudite, dont quatre à la Médine. S’agissant des pèlerins qui n'ont pas encore de passeport, le ministre Paul Atanga Nji a promis de rencontrer le délégué général à la sécurité nationale (le patron de la Police nationale), pour une accélération du processus. A cet effet, des centres de collecte d'empreintes digitales sont prévus dans certaines villes comme Ngaoundéré, Maroua et Garoua.