Vous-êtes ici: AccueilInfosRégions2019 02 09Article 455897

Regional News of Saturday, 9 February 2019

Source: NationalTelepgraph.com

Drame: 'les satanistes' ont frappé fort à Foto Gouldon

Le Cadavre d'une femme non identifiée trouvée dans une poubelle à Douala
Les habitants de Foto Gouldon, dans le quartier Nkoulouloun de Douala III, division du Wouri, région du Littoral de la capitale économique du Cameroun, Douala, sont sous le choc après l’assassinat d’une dame d’une vingtaine d’années, dont le cadavre a été découvert dans une poubelle.

Un habitant, George Pergo, a déclaré à National Telegraph que la découverte macabre avait été effectuée par un agent d'élimination des ordures ménagères, dans le but de disposer des déchets tôt le vendredi 8 février 2019.

La dame qui n'a pas pu être identifiée à l'heure de la presse a été assassinée selon ses habitants. Son cadavre était enveloppé dans un long sac en plastique, attaché et jeté au point d'élimination des déchets.

A LIRE AUSSI Voici les lieux de détention des 'lieutenants' de Maurice Kamto

La découverte a provoqué des ondes de choc dans tout le quartier, considéré comme notoire par les habitants de la ville de Douala, a fait savoir National Telegraph.

La police du district de police de New Bell à Douala, en alerte, s'est rendue sur les lieux pour une enquête préliminaire.

Après examen, la police a déclaré que le cadavre n'avait pas été décapité, mais n'a pas précisé si elle portait des traces de torture et de brutalité.

Le corps, que National Telegraph a recueilli se trouve actuellement à la morgue de l’Hôpital Douala Laquintinie à Akwa, à Douala. Dans le même temps, des enquêtes ont été ouvertes pour découvrir les circonstances de son décès, a appris National Telegraph.

Entre-temps, des habitants de la région font des tournées dans les rues pour dire que la victime a dû être tuée par des ritualistes avant d'être jetée. À Douala, le nombre de cadavres ou de nouveau-nés déversés à la décharge est en hausse.

En l'espace d'une semaine, deux nouveau-nés ont été découverts dans une poubelle à l'Ecole Publique Deido et dans le nouveau quartier Deido de Douala I.

 Les bébés dans les deux cas ont été retrouvés vivants et emmenés à l'hôpital du district de Deido pour des soins médicaux, puis remis à l'unité des affaires sociales de l'hôpital pour y être éduqués, ont déclaré des responsables de l'hôpital à National Telegraph.

Les observateurs ont imputé l'augmentation des fléaux sociaux aux normes morales et aux difficultés socio-économiques au Cameroun. Avec les révolutions politiques qui se propagent dans tout le pays, les vagues de criminalité sont inévitablement au plus haut.