Vous-êtes ici: AccueilCulture2019 05 08Article 462701

Culture of Wednesday, 8 May 2019

Source: culturebene.com

Amputée d'une jambe, la fille de l'actrice Mamiton raconte son histoire

C’est sur la toile que cette belle et jeune dame a partagé son émouvante histoire. La fille aînée de l'actrice Camerounaise Mamiton a partagé son expérience avec les internautes. Amputée de la jambe, elle aurait eu cette douloureuse expérience des suites d'un accident de la circulation, il y'a de cela 7 ans.

Découvrez ce poignant témoignage partagé il y’a un an ….


Je m'appelle Mirette Madage, j'ai 28 ans, il y’a de cela exactement 6 ans 9 mois que j'ai perdu ma jambe.

Mon message


L'incivisme, l'égoïsme, le désordre, la corruption sont des facteurs dangereux pour les usagers. Prenons tous conscience car la route ne tue pas mais plutôt nous.

Voici mon histoire


C'était le dimanche 11 Mars 2012 j'Étais avec mon frère. Il est exactement 10 heures j'habitais Bonaberi, J'avais dit à mon frère de m'accompagner au marché après quelques minutes Il m'a dit d'aller seule. C'est comme ça que j'emprunte un taxi de Bonaberi pour Ndokoti. J'allais acheter mes tennis au marché Ndokoti, j'arrive je fouille le marché et je finis par trouver mes tennis au goudron, au grand carrefour.

J'achète 2 tennis, je stop un taxi pour rond-point, j'arrive au rond-point je lance l'œil vert le Pont du wouri je vois un embouteillage terrible là-bas. Je décide d'emprunter une moto.

Je dis bonaberi grand hangar, il me dit 300f on bache et 500 sans bachement, *la go des ways décide de prendre une moto sans bachement pour 500f. Nous voilà partis, J'achète au passage un tampico, et hop on traverse le Pont sans incident, je complimente d'ailleurs le benskineur en lui disant tu roules très bien. Il répond merci.

Juste quelques pas de bonassama pour ceux qui connaissent bonaberi, au niveau de la mosquee de nanga, il ya un vihicule qui sort du sens inverse à toute vitesse et fonce direct sur moi. Boummmmmm, c'est tout ce que je suis et quelques minutes je suis etalee au sol, il était exactement 14h, il y'avait un soleil monstre, c'est d'ailleurs ça qui frappe sur mon visage et j'ouvre les yeux.

Sur le coup je ne sentais rien, c'est alors comme ça que je me demande que je suis ou que je fais quoi même allonger au sol et qui sont tous ses gens qui m'entourent?

Je me fâche même hein, jusqu'à demander dans mon cœur que ou est même le benskineur là? Je décide alors de me lever, haya je soulève mon pied droit c'est ok, je soulève mon pied gauche il pèse et ne bouge pas.

Je fais la même chose sur mes bras, mon bras droit ne bougeait pas. J'ai pris l'appui sur mon bras gauche et j'ai légèrement soulevé la tête, c'est là que j'ai vu mon os du fémur hors de ma cuisse.

Je me suis évanouie, c'est là que dans mon coma léger j'ai suivi des voix, les gens qui m'entouraient m'avaient déjà donné pour morte, *tout ceci se passe en moins de 5mns*. Dans mon coma, je me bats intérieurement et je dis dans mon cœur croyant que je m'adresse à eux. *"je suis encore vivante, je ne suis pas morte, aidez-moi"* vu que personnes ne me répondais, j'ai décidé de me tourner vers le Seigneur, et je lui dit *"mon Dieu je ne connais personne ici, stp viens moi en aide"* sans même avoir finis ma phrase j'ai vu une image défilée dans ma tête, et je vous jure qu'au même moment cette personne passait en route, directement le nom me vient en tête et je cris *"bendouuuuuuuuuu"* (c'est un ancien camarade de classe de 2nd, et curieusement il me disait toujours à l'école que avec la voix que j'ai il peut la remarquer entre 1000. Que même si je suis dans le trou il suivra)

Ma voix se fait entendre de tous, jusqu'à lui-même, il demande le passage pour voir ce qui se passe, c'est lui qui soulève ma tête. Au même moment le sang jaillie de partout, la douleur commence, je m'affaiblie peu à peu. C'est comme ça qu'il dit svp appelez un taxi ou une voiture, c'est ma camarade de classe, elle est encore vivante, svp.

Les gens stop le taxi et rien ne s'arrête, le peu qui s'arrête refusent de me transporter parce-que "j'ai le sang de partout" il y’a même un autre qui a dit qu'on me laisse que c'est mon dernier souffle." quand j'ai suivi ça j'ai commencé à prier sérieusement.

C'est là qu'il dit c'est la fille de telle artiste, les gens s'étonnent, il y’a un véhicule de la police qui passait par là (une pik up), on me met dans la pickup, et nous voilà sur la route de l'hôpital enfin.
C'est à ce moment qu'on pense à appeler ma mère, mon camarade retire mon téléphone et appelle ma mère depuis son téléphone, il dit "ta fille a fait l'accident" le crédit finit wandafut.

Ma mère rappelle et demande c'est qui? Et que c'est qu'elle de ses filles, que nous sommes ou? Je dis en route pour l’hôpital, elle dit qu'elle hôpital, le policier répond hôpital militaire, c'est comme ça que je me retrouve à la garnison militaire.

J'arrive à l'urgence, les policiers disent c'est une urgence extrême, les brancardiers me transportent, l'adjudant-chef de service, prend mes paramètres, il me regarde et me dit tu es forte hein, tu respires comment étant vide de sang, on mobilise rapidement l'équipe pour le bloc opératoire, ma mère arrive et des qu'elle voit mon os elle fond en larmes, on l'a fait sortir de la salle.

Le commandant qui allait m'opérer arrive, il regarde mes yeux et dit qu'il me faut au minimum 6 poches de sang pour franchir la salle du bloc opératoire,
C'est comme ça que tout le monde panique, à cette époque, le sang on pouvait l'avoir qu'a l’hôpital Laquintane, c'est comme ça qu'on demande 3 poches de sang, ma mère n'avait pas prévu assez d'argent sur elle, il fallait 75000f, mon ancien camarade de classe sort un montant de plus de 100000f dans sa poche et dit à ma mère c'est l'argent de tontine des gens, ma mère lui dit je vais te remettre tout à l'heure ; en moins de 30mns je suis sur perfusion sanguine, Je commence à voir clair peu à peu *un rappel* tout juste quand le chirurgien arrive, il me demande de fermer les yeux, et de serer mes dents, chose dite, chose faite, il a tire mon pied et fait rentrer mon os dans la chair en moins de 30 sec.

*on continu* Après 3 poches de sang en une journée, le lendemain le chirurgien vérifie avec son équipe, et dit qu'il me faut encore du sang. Je prends encore 3 autres poches de sang.

C'est ainsi que je passe encore 3 autres poches de sang, avec des soins et des antis douleurs, Le 3eme jour après la ronde du bloc opératoire on commande encore le sang, je prends une avant et 2 dans le bloc opératoire, je sors après 5h du bloc opératoire avec les fers tout le long de mon pied

Je passe 2 jours dans la douleur, avec ses fers dans le pied, un jour c'est à dire le 5 ème jour, je visionnais un programme à la télé, je me suis étouffée et le fer de ma cuisse a brisé mon os.

La douleur là je ne peux pas la décrire, j'ai eu tellement mal que je suis restée 30 min inerte, ma mère prise de panique a appelé le médecin, on me ramené au bloc ce soir-là je suis sortie 4 h après avec le fer bien arrangé.
Je prends encore 1 poche de sang et après tout à commencer à changer, mon pied changeait de couleur chaque jour, je me voyais mourir à partir des orteils, je ne dormais plus la nuit, les antis douleurs ne faisaient plus d’effets sur moi, je passais toutes mes nuits à pleurer et prier.

Un soir je suis une conversation entre le chirurgien et ma mère qui lui disait "son pied a attrapé la gangrène, la seule solution est l'amputation, sinon ça va frapper au cerveau et elle va mourir" ma mère répond en larmes "elle ne peut pas supporter, faites votre possible et sauvez le pied de ma fille"
À cet instant une multitude de questions ont défilé dans ma tête, à savoir c'est quoi une amputation? Parce-que pour dire vrai avant moi je n'avais jamais vu une personne amputée, je me suis demandée c'est quoi une gangrène? Je prends mon téléphone tape amputation dans Google, je vois une multitude d'images de prothèses (faux pied) je vois au passage quelques personnes amputées et plus important je lis des témoignages et des confidences de certaines personnes amputées.

Je décide de faire ce qu'on appelle dans la thérapie *le travail du deuil des personnes amputées* qui consiste à te poser des questions et trouver des réponses à celles-ci. Je travaille dessus toute la nuit et le matin qui était un dimanche, J'appelle ma mère à mon chevet, je lui demande d'appeler mon petit ami qui était partis il y’a quelques jours hors du pays pour 2 semaines, je lui dis j'ai fait l'accident il y’a une semaine et on va couper mon pied
Il me demande si je vais supporter, bref je lui raconte et il me dit si c'est ce qu'il y'a à faire fait le, je serais là pour toi. Ne panique pas, il y’a les faux pieds.

Je vous assure que cette réponse m'a donné du courage, c'est comme ça que je demande à ma mère d'appeler le chirurgien pour une opération d'urgence
Dimanche matin le chirurgien est là et me dis avec un ton ironique, je t'écoute mirette, tu veux qu'on fasse quoi! Je lui dis arrachez ce pied malade et permettez-moi de dormir même pour une seule journée, il me demande tu veux que je coupe, je réponds, faites tout ce que vous voulez mais je ne veux plus voir ce pied noir, en moins d'une journée les asticots avaient envahi mon pied de l'intérieur, ma salle sentait la mort, c'est comme ça qu'à 10h je suis emmenée au bloc opératoire.

On me fait une anesthésie partielle, je suivais les bruits de la scie, jusqu'à un moment j'ai ressenti une douleur terrible. J'ai crié, et le chirurgien s'est étonné, la salle a tremblé, ils se sont demandés pourquoi je cris, j'ai dit j'ai mal au pied, le chirurgien m'a dit qu'on vient de couper mon nerf, c'est comme ça que je reçois une dose plus forte qui m'endors complètement. Je me réveille à 22h. Je vous jure que la douleur avait baissé de 70% du coup pour moi c'était comme si je n'avais plus de douleur.

Le lendemain tout l'hôpital était rempli, je passais mon temps à lancer des intrigues et des blagues à mes amis qui venaient, personne n'avait le courage de pleurer près de moi.