Vous-êtes ici: AccueilSport2019 01 10Article 453745

Sports News of Thursday, 10 January 2019

Source: pdefoot.com

LFPC: comment comprendre l'éternel conflit avec les clubs ?

Ce n'est plus un secret, les championnats démarrent les 26 et 27 janvier pour la Elite 1 et le 30 pour la Elite 2. Un démarrage qui arrive après le retour à la normale à la Fecafoot, mais aussi la nomination récente d'un nouveau patron à la tête du ministère des sports et de l'éducation physique. Avant le kick off, le championnat était inactif depuis six mois à cause d'une crise ouverte entre les clubs et la Lfpc. Une guerre qui ne profite pas aux joueurs.

CE QUE LES CLUBS REPROCHENT AU PRÉSIDENT DE LA LFPC

Sa gestion opaque des fonds alloués à la fois à la Ligue et aux clubs, mais surtout son non respect des textes écrits par les administrateurs. Il est aussi reproché au Général Pierre Semengue d'utiliser sa tunique de militaire et de Haut Gradé de l'armée pour influencer les membres du Conseil d'administration, mais aussi l'ensemble des présidents de clubs pour faire passer ses idées.

Plusieurs responsables de club pensent que Semengue est comme se monarque qui a une emprise sur tout et qui refuse de gérer comme un manager à la tête d'une structure privée. Même dans sa propre Ligue, certaines indiscrétions font état d'un président totalitaire, qui tisse tout seul à l'avance, recrute qui il veut, limoge qui il veut et quand il veut, en un mot comme en mille ne rend compte qu'à lui seul. A titre illustratif, la mise à la retraite forcée de l ex Secrétaire Générale Mme Therese Manguele, ou encore le limogeage il y a quelques années du tout premier SG de la Ligue. Ces faits réunis font du Général un président contesté par l'ensemble des clubs.

LIRE AUSSI: Le Col Hamad Kalkaba prend la tête de la Fédération Sportive de la Solidarité Islamique

CE QUE SEMENGUE REPROCHE AUX PRÉSIDENTS DE CLUBS

Si pour eux, l'officier supérieur en fait trop, de son coté, le président s'en défend bien. Sur radio équinoxe lundi, Pierre Semengue a affirmé que les présidents de club "n'ont rien apporté à la Ligue, si oui, des conflits". "Tout ce qui est la actuellement c'est moi et rien que moi. Eux ils ont mis quoi ? Rien. Alors je le dit, la ligue c'est Semengue ou rien" clame t il avec véhémence.

Pour le premier responsable de la Lfpc, les présidents ne pensent qu'à eux et refusent de voir les choses en face. La preuve : les nombreuses subventions destinées aux payement des salaires des joueurs, mais détournées à d'autres fins. Illustration faite, cette saison, sur 18 clubs en Elite One, moins de cinq équipes ont régularisé les salaires au sein de leur effectifs.

Dans le même entretien accordé aux confrères d'équinoxe, le Général va même plus loin parlant de corruption en menaçant de poursuivre les fauteurs en justice. En somme, voilà à quoi se résume la crise qui plombe la Lfpc depuis plusieurs années. Vivement que la nouvelle commission ad hoc créée par le nouveau président de la fédération camerounaise de football se mette en place et apporte solutions.