Vous-êtes ici: AccueilInfos2019 02 11Article 456041

General News of Monday, 11 February 2019

Source: 237actu.com

Tribalisme au Cameroun: Sismondi Bidjocka bientôt devant les tribunaux

Le Directeur de publication du journal Ouest-Littoral, Benjamin Zebaze, est extrêmement courroucé depuis ce jour où son confrère, Sismondi Barlev Bitjocka, PDG Radio RIS FM, a ouvertement appelé l’armée camerounaise à être sans pitié pour les manifestants du mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC).

En effet, dans une chronique sur sa propre radio, Sismondi Barlev avait violemment condamné les marches du MRC du Samedi 26 janvier, et l'attaque de l'ambassade du Cameroun à paris, mais surtout en appelant l'armée à plus de violence face aux manifestants.

« Ces sans abris qui ont le toupet, ont- ils mesuré la porté de leurs actes ? J'exhorte les forces de l'ordre la prochaine fois, à tirer à balles réelles à L'AK 47 si possible et tant pis, cette fois si c'est à la tête, pas à la jambe », avait-il lancé sur les ondes de la radio privée émettant depuis Yaoundé, la capitale politique.

LIRE AUSSI: Montée du tribalisme: la réaction de Eric Chinje qui dédouane Kamto

Une sortie lourdement critiquée par des leaders d'opinions, acteurs de la société civile et certains hommes de médias.

Benjamin Zebaze comparant cette radio à la tristement célèbre radio rwandaise « radio mille collines » s’etait dit déterminé à trainer Barlev Sismondi Bidjocka dans les tribunaux d’ici et même d’ailleurs.

« Nous ne pouvons pas laisser les paroles du journaliste Sismondi Barlev Bitjocka, rester impunies. Il en va de l’avenir de ce pays qui s’avance, hélas, vers une guerre civile que nous devons tout faire pour éviter » avait-t-il déclaré, se félicitant du collectif d’avocats déjà mis sur pied pour la cause.