Vous-êtes ici: AccueilInfos2019 05 16Article 463175

General News of Thursday, 16 May 2019

Source: journalintegration.com

Etoudi: les non-dits des derniers tweets de Paul Biya

Le sociopolitiste et chercheur associé au GRESDA donne une idée de son analyse des tweets de Paul Biya.

Selon vous, quelle interprétation peut-on faire de la série de posts du président de la République ces derniers temps ?

D’abord, on peut dire qu’une pareille démarche répond bien à l’air du temps (ou la mode) du point de vue de la communication politique. En effet, presque tous les dirigeants politiques ont aujourd’hui un compte tweeter. Certains ont même intégré cet outil dans leur stratégies de campagnes, les cas de Barack Obama et Donald Trump aux USA sont assez illustrateurs à ce propos (Donald Trump, lors d’une interview accordée à Fox News le 15 mars 2017, déclarera d’ailleurs que : « sans Twitter, je ne serais probablement pas là »).

Ensuite, on peut également lire, à travers une telle démarche, une volonté du président Paul Biya d’être désormais plus proche du peuple. En effet, aujourd’hui, on estime à plus de six millions le nombre de personnes ayant accès à Internet au Cameroun, plus de 3,5 millions de camerounais possédant un compte Facebook et plus de 77 mille possédant un compte twitter. Il y a donc une potentielle cible pour les messages du Président.

Une troisième piste de lecture est que cette démarche ne participe que d’une stratégie de rajeunissement de l’image du président, tentant ainsi un rapprochement subtil vers la jeunesse qui représente aujourd’hui un peu plus de la moitié de la population et dont il semble demeuré sourd aux revendications (emplois, participation à la gestion des affaires, etc.). En effet, depuis la dernière victoire des Lions indomptables à la Coupe des Nations CAF 2017, on a remarqué dans l’univers communicationnel du président de la République, quelques gestes et expressions propres à l’univers culturel jeune de notre pays aujourd’hui. Cela va des expressions populaires comme « dans la sauce » ou« on les a fait ça cadeau » aux pratiques bien connues des jeunes comme les Rapport digital 2019 publié par We Are Social et Hootsuite selfies. L’une des principales critiques qu’on lui a souvent faite étant son âge très avancé (plus de 86 ans), on a donc l’impression qu’il veut nous dire qu’il est encore dans l’air du temps, qu’il est attentif à cette jeunesse et qu’il est à même de comprendre leurs problèmes.

Enfin, une dernière piste de lecture est plus circonstancielle et stratégique. En effet, ne pas prendre en compte le contexte immédiat de l’apparition de cette nouvelle passion de bloggeur chez notre Président serait une erreur, surtout lorsqu’on prend en compte la signification des messages diffusés. Et sur ce point, deux propositions peuvent être faites.

D’abord que le Président semble avoir pris la mesure de la situation délétère dans laquelle se trouve aujourd’hui le pays, aux prises avec de nombreux facteurs d’instabilité, tant au niveau de ses frontières (avec Boko Haram dans les régions septentrionales, et les incursions des bandes armées au niveau de ses frontières orientales) qu’à l’intérieur du pays et dans sa diaspora (montée du tribalisme, enlisement de la crise anglophone, tensions politiques, etc.), ce qui justifierait que ses messages aux Camerounais tournent essentiellement autour de l’appel à l’apaisement, la tolérance et au patriotisme.

Il faut donc resserrer les rangs au nom de la patrie, et dans ces circonstances, une communication peu expressive ne peut plus marcher, et surtout, il faut prendre les devants. Ensuite, dans ce même sillage, on peut également dire que cette démarche participe de l’attitude d’une personne âgée qui se questionne sur son héritage et qui voudrait laisser un message positif, et à ce propos, ses dernières adresses discursives au peuple (le 31 décembre et le 10 février derniers) aux allures de discours bilan et discours appel, semblent le confirmer.